Voiture électrique le chapitre final

La voiture électrique n'est pas une solution environnementale

Voici enfin le chapitre final de mon pamphlet sur la voiture électrique. Et là, je m'attaque à l'argument qui vous fait d'abord passer pour l'assassin de notre planète et de ses milliards d'êtres vivants, qui vous rend responsable du réchauffement climatique, de la fonte des calottes glacières et de la fin du monde provoquée par une vague de flotte géante. L'argument qui vous fait dire tout bas en société : je roule à l'essence, l'argument qui à introduit les malus et autres éco-taxes qui ont mis à mal l'industrie automobile. Je parle bien sur de l'argument numéro 1 des écolos-bobo : la protection de l'environnement.

L'électrique est selon eux, la réponse à tous les maux écologiques que connait notre planète Terre. L'électrique est ton salut, à toi pauvre brebis égarée utilisant du diesel, c'est le rachat de tout tes péchés, à toi utilisateur d'un véhicule sans plomb 95 et surtout et c'est la possibilité pour toi, Homme assez riche pour te permettre de rouler au sans plomb 98, de flatter ton ego en devenant le porte parole d'une cause qui semblait perdu d'avance !

A cela je dis STOP

Qu'il faille faire quelque chose pour nous éviter de cuire sous les radiations solaires ou de se noyer sous des litres d'eau douce, à cela je dis oui et je suis le premier à essayer de réduire mon impacte sur l'environnement. Mais qu'on vienne me gonfler avec l'électrique en me sortant cette argument à la con, là par contre je dis non !

Je vais rependre la phrase d'un auditeur de la radio RTL, qui était très sensée : l'électrique n'émet rien mais pollue quand même ! Une phrase simple qui résume tout à fait l'explication qui va suivre.

Tout commence à la fabrication de l'auto en elle même. Ce qui différencie grandement nos autos traditionnelles et les voitures électriques, c'est bien entendu le nombre de batteries. Disons que pour tout ce qui est chassis et autres matériaux nécessaires à la construction d'un modèle, la pollution produite est identique l'une que pour l'autre. Mais les batteries c'est une toute autre histoire.

En effet, les composants qui composent nos batteries actuelles (principalement le lithium) ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval. Il ne suffit pas de les pomper directement dans le sol.

Mine de lithium au canada

Bien au contraire. Il faut dans un premier temps charrier des tonnes et des tonnes de terre, en utilisant d'énormes engins qui, ne tourne certainement pas à l'électricité. Ensuite, pour extraire ces composants, quoi de mieux que de d'utiliser des produits chimiques ( entre autre du chlorure de lithium produit par réaction avec de l'acide chlorhydrique ou du chlore avec du chlorure de potassium qui se trouve être un poison mortel ... et tant d'autres encore) ! Produits qui vont, se retrouver dans le sol et on ne sait où d'autre. Rien ne se perd comme on dit...

Vient ensuite le problème du lieu de fabrication de ces batteries. C'est bien beau d'avoir dépouillé la Terre de lithium, si on ne peux pas s'en servir. Mais les pays "producteurs" de lithium, notamment le Canada, ne sont pas ceux qui produisent la dite batterie. Cela serait bien trop cher. Du coup ils sont obligés d'affréter d'énormes cargos pour envoyer leur précieuse marchandise à l'autre bout du monde, en Asie, où la main d'oeuvre est bien évidemment beaucoup moins cher. Les batteries, une fois fabriquées, sont ensuite répartis dans les différentes usines des constructeurs... par camions, avions et autre moyens tout aussi classiques que polluant. Ces accumulateurs sont ensuite fixés au véhicule et envoyés dans les pays où ils seront vendu, c'est a dire... à l'autre bout du monde, là où les Hommes sont assez riches pour se payer le luxe de, soit disant, ne pas polluer. Du coup rebelote, on ressort les cargos qui vont de nouveau faire le tour du monde.

Bon ok, je vous l'accorde, cet argument est facile et peut être tout à fait contredit en signalant que le même circuit est utilisé pour les voitures traditionnelles. Certes oui, mais cela ne prouve pas non plus que j'ai tort et montre également que question pollution, les voitures électrique, ne sont certainement pas des modèles de perfection.

la central nucléaire qui recharge votre voiture électrique

Bon, votre véhicule est maintenant chez vous dans votre garage, tout comme celle de votre voisin et de l'ami de votre voisin et de son voisin... autrement dit, pas tout le monde mais presque car avoir une voiture électrique, c'est hype !
Et comme tout bon utilisateur qui se respect, surtout par peur de tomber en rade du lendemain, vous mettez à recharger votre véhicule. Un geste simple, presque anodin, que celui de mettre la prise mâle de l'auto dans la prise femelle de votre maison (dit comme ça, cela en devient presque sexy non ?).

Mais moi, rabajoie que je suis, je vous pose une question toute simple, d'où vient l'électricité ? D'une éolienne ? Non, sinon il vous faudrait des semaines pour recharger votre batterie. De votre installation de panneau solaire ? Non, car vous n'utilisez pas directement votre production (cela serait trop simple). Si vous avez de la chance votre électricité proviendra d'un barrage non loin de chez vous. Mais pour la plupart d'entre vous, l'énergie salvatrice proviendra ... d'une centrale nucléaire. Et si je me souviens bien, les écolos ne sont pas spécialement fans de ce procédé, qui est apparemment polluant, pas très sécure et en proie aux attaques terroristes.
Un cercle vicieux car, plus il y aura de voitures électrique, plus la production électrique devra suivre et on ne pourra pas vraiment compter sur les nouvelles sources de production.

Bon bon bon, j'ai déjà bien charger la mule de cette pauvre voiture électrique, mais je n'ai pas encore fini haha !
En effet nous avons fait un rapide tour d'horizon de la production et de l'utilisation, mais on n'a pas encore évoqué l'après utilisation, la destruction et le recyclage.
Rien que durant la phase d'utilisation de votre auto à batteries, on se frotte au problème épineux de la destruction et du recyclage des batteries. Aujourd'hui ce processus est très polluant et les déchets très nombreux. Bien entendu il est hors de question pour nous riches propriétaires de "véhicules propre" de se salir les mains pour ce dur labeur. Nous allons donc trouver un pays pauvre, où la main d'oeuvre est ridiculement peu chère, et où les règles de sécurité sont aussi inexistantes que les solutions pour arrêter les plaques tectoniques de bouger.

la décharge informatique de Guiyu en Chine

On va donc se servir de ce pays, comme d'une poubelle, rendre les habitants et leurs terres malade, pour assouvir notre besoin en réduction d'émissions de CO2. Je garde en tête cette image d'une région de la Chine qui reçois tout nos déchets informatiques et qui ne sait juste pas quoi en faire, qui reste la pendant des années, attendant un recyclage qui ne viendra certainement pas.

Je suis bien conscient que la voiture traditionnelle n'est pas un modèle de propreté et que la future pénurie en carburants fossiles, nous obligera à passer à autre chose... mais par pitié arrêter de nous gonfler avec des arguments bidons, si la nature veux reprendre ses droits, elle n'a certainement pas besoins de l'avis de ceux qui la détériore...
Il doit bien exister des solutions, les hybrides nous permettent déjà de diminuer notre consommation, sans pour autant nous prendre trop pour des jambons. Et je pense qu'il existe encore de grands cerveaux dans ce bas monde qui nous sortirons la solution miracle. En attendant, je camperais sur cette position. L'électrique n'est pas la réponse.

S'achève ici et enfin, mon argumentaire contre les voitures électriques, je ne sais pas si vous avez tous lu, si vous êtes du même avis ou que vous n'avez qu'une seule envie, c'est de me brûler sur un bucher fait de carcasses de Supercars aspergées d'essence sans plomb 98 ! En tous cas je suis ouvert à toutes discussion dans les commentaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire